Demon Book

De Touhou Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hakurei Shrine collapsed and needs rebuilding Attention: Cet article est une ébauche et nécessite plus d'informations sur le sujet de l'article. Si vous pouvez contribuer de quelque façon que ce soit, s'il vous plaît, faites-le.

Les demon books (妖魔本 youma bon) font référence à une catégorie de livres rares (稀覯本 kikou bon) écrits par des youkais. Il y a plusieurs variations des Demon Books: Selon Marisa dans le premier chapitre de Forbidden Scrollery, ils consistent en des livres écrits par des youkais, les livres écrits par les youkais adressées aux humains, et les grimoires, pour les sorcières et magiciens, comme elle. Mais le type de plus rare sont les livres répertoriant l'existence des youkais. Ces livres sont décrits par Marisa comme étant le dernier espoir des youkais dont l'existence a été supprimée, et qui attendent de sortir de leur sommeil, ce qui explique pourquoi ces livres sont un danger pour les humains. Normalement, il n'y en a pas dans le Village Humain. Cependant, Kosuzu en possède une collection, et quelques uns sont entreposés dans la résidence de Marisa également. La majorité des livres sont écrits dans un langage incompréhensible aux humains, avec des caractères impossibles à déchiffrer. Kosuzu, cependant, fait exception, son pouvoir étant de déchiffrer les livres.

Sujets en relation[modifier]

Ancien Langage Tengu[modifier]

Le Ancien Langage Tengu (古代天狗語 kodai tengu go) est un langage obsolète qui a été utilisé par les tengu. Selon Kosuzu, il apparaît que non seulement les humains, mais les tengu d'aujourd'hui ne peuvent pas lire ce langage.

Le Necronomicon[modifier]

Le Necronomicon est un livre de fiction très connu dont les origines tirent parti du Mythe de Cthulhu. Dans Touhou, une copie du Premier manuscrit kanji (第一漢字写本 dai ichi kanji shahon) du Necronomicon (ネクロノミコン写本 nekuronomikon shahon) apparaît dans le premier chapitre de Forbidden Scrollery, localisé à Suzunaan. Selon encore une fois Kosuzu, les lettres de ce livre sont écrites en kanji, mais le langage et son auteur est inconnu. Kosuzu a dit qu'il était couteux, quand Marisa à voulu "l'emprunter".

Voir aussi[modifier]